Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

Liens

5 avril 2010 1 05 /04 /avril /2010 22:00
Repost 0
Published by Yuk - dans blogdeyuk
commenter cet article
3 avril 2010 6 03 /04 /avril /2010 00:31
Repost 0
Published by Yuk
commenter cet article
21 mars 2010 7 21 /03 /mars /2010 22:42

Source : Le Gaboteur - Publié le 1er mars 2010 - Par Véronique Laforest

Katty Gallant est installée à Terre-Neuve depuis une dizaine d'années
Katty Gallant est installée à Terre-Neuve depuis une dizaine d'années

Il n’y a pas qu’au Labrador, sur la Côte-Ouest ou dans la péninsule d’Avalon que l’on trouve des francophones. Dans la partie centrale, plus précisément à Gambo, une  audacieuse Québécoise fait parler d’elle.

Que faire dans le centre de Terre-Neuve lorsque l’on n’a ni motoneige ni chalet, et qu’on n’est pas fan de raquette ou de ski ? Oui, il y a le Bingo télévisé, mais cela peut être considéré comme un sport dangereux !

Eurêka ! Car à Gambo, il y a quelque chose de nouveau depuis le 18 janvier : Eureka Gym. C’est un centre d’entraînement mixte qui a vu le jour grâce à Katty Gallant, une Québécoise installée sur l’île depuis une dizaine d’années. Le gym comprend quatre appareils cardio, des poids libres, une station de musculation multifonctions et des ballons stabilisateurs. Sans compter sur toute  l’expertise de Katty en matière de santé et d’exercice ! Elle a toujours de bons conseils pour ses membres.

Katty a complété un baccalauréat en éducation physique. Elle a également organisé de nombreuses activités sportives, dont le RAID Avalon de 2004. Indépendamment au sport, elle est très impliquée au sein de sa communauté. En 2009, elle a entre autres fondé un programme d’aide à l’emploi pour les jeunes et contribué aux activités de préparation pour l’accueil de la flamme olympique.

Mais Katty ne s’arrête pas là, elle a plusieurs autres projets en tête. Au nom de la communauté de Gambo, je lui souhaite de tous les réaliser, aussi nombreux soient-ils ! Merci Katty pour ton initiative, ta gentillesse et ta disponibilité !

  • Katty Gallant est installée à Terre-Neuve depuis une dizaine d'années Katty Gallant est ...
    Le Gym de Gambo Le Gym de Gambo
Repost 0
Published by Yuk
commenter cet article
20 mars 2010 6 20 /03 /mars /2010 23:21
Fuente: Ledevoir.com
Autor: Robert Dutrisac
20 de marzo 2010


Quebec - Jean Charest, se comprometió ayer a resolver el problema por un largo tiempo de ajuste razonable y el Estado de Quebec secular.

Mucho más que simples directrices emitidas por los ministros en cuestión, es de mucho más ambicioso mencionados por Jean Charest, en una entrevista con Le Devoir. "Queremos tomar medidas que serán los gestos fundadores, los gestos que pueden pasar la prueba del tiempo", dijo el primer ministro.

"Este es un problema en todos los países desarrollados", dijo Jean Charest, recordando que "Francia ha entrado en un debate que terminó en una cola de pescado" en el uso de símbolos religiosos.

Sobre esta cuestión, Quebec no emular cualquier posición. "Es muy interesante Quebec si se compara con otras empresas por lo que el problema se presenta de manera diferente a nosotros y nuestra perspectiva, somos diferentes", argumenta. En el "telón de fondo" para la cuestión de la adaptación razonable y el Estado secular, dijo, es "el futuro del pueblo de Quebec, nuestra lengua y nuestra cultura" y "una historia que data de 400 años donde, por ejemplo, la Iglesia desempeñó un papel muy importante.

"No ha sido muy debatido asunto internamente", dijo el Primer Ministro. En el debate público sobre la laicidad del Estado, señaló la "opinión muy fuerte en él que van en varias direcciones a la vez." Jean Charest fue en Le Devoir leer la carta abierta a los intelectuales laicos, un grupo creado a instancias de Guy Rocher, que rechaza el concepto de laicidad abierta. Pero leer el mismo día en abrir el Globo de la carta de Gérard Bouchard, sosteniendo la laicidad abierta, que propugna que el Estado pone un valor mayor para la mayoría, la igualdad entre hombres y las mujeres.

Al mismo tiempo, Jean Charest no dejar de mencionar que había encontrado "interesante" que el dictamen sólo hecho que la Comisión de Derechos Humanos y Derechos de la Juventud (CDPDJ) el tipo de alojamiento hecha por el Régie de l'Assurance Maladie du Québec (RAMQ). Esta revisión confirmó el derecho de los trabajadores del Estado a llevar el hijab, pero rechazó la petición de una mujer musulmana llevar el niqab y pidió ser fotografiado por una mujer.

"No es un vacío, tiene una carta", señaló. Esto no es cierto que no hay etiquetas. "

Por otra parte, Jean Charest dijo que "leer cuidadosamente" el fallo de la Corte Suprema de invalidar la ley 104 que obstaculizan la utilización de pasarelas de las escuelas. Un fallo de "interesante", dijo, pero esta vez perfectamente irónico. La cuestión es espinosa. El gobierno debe introducir un proyecto de ley de esta primavera en respuesta a esta decisión no se alcanza el "resultado final", dijo Jean Charest. El primer ministro se negó a decir qué destino dará el dictamen del Consejo Supremo de la lengua francesa, la cual recomendó al Gobierno que sujeta las escuelas privadas sin ayuda de Derecho Inglés en el 101.


La inmovilidad y Presupuesto

Raras iniciativa por su parte, Jean Charest dio ayer una serie de entrevistas con los principales periódicos, entrevistas "pre-presupuesto" por su séquito. El gobierno depende en gran medida en el presupuesto, que será presentada 30 de marzo, para disipar la impresión de que se deleita en el statu quo.

Esta "recuperación de presupuesto" no sufrirá los contribuyentes demasiado. El esfuerzo que se pide no ser excepcional. "Queremos que este esfuerzo sea razonable, equitativo y tiene en cuenta que las personas con bajos ingresos." Un nuevo aumento de impuesto del 1% en las ventas (QST) ya se ha mencionado. Y es particularmente tan vaga que Jean Charest se aborda la cuestión de los aumentos de tarifas, incluidas las tarifas de electricidad. "Todo el asunto de las tarifas, es en nuestros pensamientos", dijo. Diez días después de que el presupuesto, siempre y cuando se mantenga un pensamiento ...

Este capítulo de gasto estatal que el esfuerzo va a venir, pero Jean Charest no ha hablado de adoptar una meta más exigente que la de mantener un crecimiento anual del 3,2% en el gasto estatal en los próximos años, según lo confirmado por el Presidente de la Junta del Tesoro, Monique Gagnon-Tremblay. "El esfuerzo principal que estará en nuestro patio para nosotros. El ejemplo dado por el gobierno en todos los niveles ", dijo, como si se empeñan en encuestas recientes que muestran que los quebequenses quieren que el gobierno de reducir el gasto en lugar de aumentar los ingresos en sus espalda.

Salir de la crisis, Jean Charest evalúa muy positivo en la economía de Quebec. "Nuestro rendimiento económico es muy superior a lo que hemos visto en otras partes del planeta," estaba encantado. La tasa de desempleo en Québec es inferior a la media canadiense y el 75% de los puestos de trabajo perdidos han sido recuperados. "Este no es el estancamiento", fue prohibido. En cuanto a la deuda, no es tan fuerte que algunos "campaña de prensa" que llevó Quebecor quiere mostrarlo. De la deuda de Quebec está en la media de los países de la OCDE ", recordó.

Jean Charest no se puede negar que su gobierno a principios del tercer período, pasando por un período difícil. Pero es cíclico. En primer lugar, el gobierno está pre-ejercicio presupuestario: no está inactivo, es el "modo de trabajo interno. Entonces, el gobierno a través de la prueba de las negociaciones con sus empleados. "Todo el mundo golpea para obtener su pedazo de pastel", dijo. Cuando se ve la televisión en el gimnasio en la mañana, ¿qué ve? Anuncios de la Unión de la función pública de Québec ", relató. Los especialistas médicos, enfermeras, funcionarios públicos, los maestros comparten sus quejas a los medios de comunicación y la realización de campañas de publicidad "con la melodía de millones de dólares", dijo Jean Charest. "Debemos dar un paso atrás, porque hemos visto esa película antes".

En cuanto a la celebración de una investigación pública sobre la industria de la construcción, no debemos pensar, incluso después de los disturbios en el lugar de los romanos, esta "inversión estratégica" de 6,5 millones de dólares. "Esperamos que la FTQ-Construcción hace la limpieza de su negocio", dijo Jean Charest.
Repost 0
Published by Yuk
commenter cet article
19 mars 2010 5 19 /03 /mars /2010 17:54

Source: Ledevoir.com - 19 mars 2010

Note: Text Translation Free Translation by Google

In Outremont, Hochelaga-Maisonneuve in or on the Plateau, a young Black short 7 to 11 times more likely than whites to be addressed by law enforcement

In the imagination of the Montreal police, the young Black is shady, suspicious. Exaggeration? The statistics confirm that this climate of over-supervision "fueled by fear.

The latest study by the Center for Research in Montreal on social inequalities and discrimination (CREM), which will be released this morning, young blacks ran 4.2 times more likely than white youths to be arrested by the Montreal police in 2006-07. In neighborhoods where the black population is poorly represented, as Outremont, Hochelaga-Maisonneuve and the Plateau Mont-Royal is even worse. A young Black runs to seven to eleven times more likely than white youth to be addressed by the police.

For most offenses, the overrepresentation of black youth in the justice system would "directly dependent on increased surveillance by police and security guards in public spaces, this installment study whose duty obtained a copy.

The researchers, Christopher McAll and Leonel Bernard, review the records of the House of Youth of Montreal in 2001 to compare the treatment of black and white offenders for similar offenses.

Whatever the nature of the crimes in question, officials of the Police of the City of Montreal (CMPS) or security officers were more inclined to observe and punish acts of crime committed by young blacks.

The authors even go so far as to speak to 'over-surveillance ", a phenomenon that emerges clearly in the case of consumption and trafficking of drugs.

Indeed, a young Black short seven times more likely than white youth to be found and arrested by police after smoking marijuana or having sold drugs in public spaces.

"What is surprising is that in the majority of arrests of black youths in that count in our sample, the arrest follows a behavior observed by a policeman or a security officer in public ", say the authors.

If there are more young black men accused of consumption or trafficking of drugs, not because they have the "fiber" delinquent more developed than their peers. Rather, because the police did not let go of the eyes.

For theft and breach of condition is the same conclusion: the risks are higher for blacks than for young white kids being caught in flagrante delicto.

"These data converge to the conclusion that young people identified by police as" blacks "are better monitored by them and by the security officers that youth identified as" whites ", says the study cream, entitled" The bad Advisor.

On-monitoring

With the inquest into the death of Fredy Villanueva in the background, this analysis is likely to fuel litigation between minorities and the SPVM.

In an interview, Christopher McAll refuses to tax police of racism. In his eyes, they are only "worthy representatives" of a company, mainly white, who maintains her fear of black youths. And by their repeated interventions with these youth, the police help to cement and legitimize this public fear. The emphasis media place on certain street gangs also feeds the cycle autorenforceur, "says McAll.

The authors cite as an example the last review SPVM in its fight against street gangs. While these gangs are responsible for only 1.6% of all crimes recorded in 2009, they are still the main target of the police.

The deputy director, Jacques Robinette, acknowledged that people gave "great extent, and perhaps a bit more scale we see on the ground" gang. Still. Police guard the course.

By devoting significant resources to the fight against street gangs, the SPVM thus fulfilling the fears of the majority, knowing that these fears are unfounded. "The fear, fueled by extensive media attention for everything concerning street gangs, and could be a central element in the over-surveillance of young blacks, whether from police or the citizens themselves, "says the study cream, which ends on a troubling event.

The behavior of the police and the population against young blacks, based on fear, legitimate social exclusion, while in turn generates fear ... among black youths and their families. They too eventually be wary of police and justice system. "Behind the monitoring and on-the overrepresentation of black youth in the justice system, it finally recognized the familiar features of a very bad counselor," the study concludes.


Repost 0
Published by Yuk
commenter cet article
15 mars 2010 1 15 /03 /mars /2010 03:25
Repost 0
Published by Yuk
commenter cet article
14 mars 2010 7 14 /03 /mars /2010 21:42
Listen the Worl Wide music:
http://www.youtube.com/watch?v=mzgjiPBCsss
Repost 0
Published by Yuk
commenter cet article
14 mars 2010 7 14 /03 /mars /2010 20:32

Source: LeDevoir.com

La Presse canadienne   13 mars 2010 
הקונגרס היהודי הוא מודאג הצלב עבור החילוניותPQ
Québec — Avec sa croisade pour la laïcité, le Parti québécois entraîne le Québec sur la pente dangereuse de l'intolérance envers la communauté juive, pense le Congrès juif québécois. Rarement une semaine ne passe sans «que les journaux québécois» ne rapportent des histoires sur le «problème des juifs», a affirmé le président du Congrès, Adam Atlas, dans une entrevue accordée à la Presse canadienne.

«Nous nous sentons stigmatisés et c'est très troublant pour nous», a soutenu M. Atlas, dont l'organisme regroupe 96 000 membres.

En outre, le Congrès juif québécois porte un jugement très dur à l'égard du rôle joué par le PQ dans le débat sur la laïcité et les accommodements raisonnables.

«Nous sommes très, très désappointés, en particulier par le Parti québécois, qui n'est plus celui de Lucien Bouchard, de Bernard Landry ou de René Lévesque, qui [eux] auraient pu engager un dialogue constructif avec les communautés culturelles», a-t-il évoqué.

Le Parti québécois, selon lui, compte «quelques interlocuteurs» qui veulent imposer au Québec une vision de la laïcité qui suscite une vive inquiétude dans la communauté juive.

Nombre de Québécois de confession juive se sentent ainsi «ostracisés» et «ciblés» comme étant «les seuls» qui ne se comportent «pas comme les autres» dans la société civile.

«Personne n'a le monopole de l'identité québécoise. Je ne crois pas que pour être Québécois, nous devons être moins juif, ou moins chrétien, ou moins quoi que ce soit. La société se dit ouverte et tolérante, mais les gestes que l'on voit maintenant vont à l'encontre de ces principes», a soutenu M. Atlas.
Repost 0
Published by Yuk
commenter cet article
14 mars 2010 7 14 /03 /mars /2010 20:30

Source: LeDevoir.com

Louise-Maude Rioux Soucy   13 mars 2010  Québec
Photo : Archives Le Devoir
La pénurie est là pour de bon dans le réseau de la santé, prévient Québec. Faut-il pour autant s'y résigner? À défaut de recrues ou d'argent frais, assurons-nous au moins d'utiliser de la meilleure façon possible toutes les compétences du réseau, font valoir de nombreuses voix, qui plaident pour une révolution du bon sens.

La Dre Andrée Boucher n'en démord pas: les soins de santé du XXIe siècle seront collectifs ou ne seront pas. Selon elle, la «pratique collaborative» a le pouvoir de révolutionner notre réseau sous perfusion, pour peu qu'on consente à donner sa chance «au véritable travail interprofessionnel», soit celui «qui non seulement est centré sur les besoins du patient malade et de ses proches, mais qui va lui permettre de s'impliquer dans les décisions thérapeutiques».

La vice-doyenne de la Faculté de médecine de l'Université de Montréal a fait valoir son point de vue le mois dernier à la publication d'un rapport conjoint des 17 facultés de médecine du Canada, qui ose faire du partage des compétences le point d'ancrage de la médecine de l'avenir. Une approche qui s'inscrit parfaitement dans l'air du temps en offrant «une réponse» à la «pénurie de ressources humaines» qui touche cruellement tous les milieux cliniques, faisait alors valoir la Dre Boucher.

La balle a été reprise au bond la semaine dernière par la présidente de l'Ordre des pharmaciens du Québec (OPQ). Diane Lamarre a la ferme conviction que sa profession a le pouvoir d'oxygéner le réseau. Mais pour cela, il faut que Québec accorde plus de latitude aux pharmaciens, ce qu'il ne semble pas près de faire. Interrogé à ce propos, le cabinet du ministre de la Santé a en effet dit qu'il n'était pas prêt à parler de nouveaux rôles pour les pharmaciens. Il dit vouloir d'abord régler le contentieux des ordonnances collectives, qui oppose justement le triumvirat médecin-infirmière-pharmacien.

Déception

La réponse a déçu Mme Lamarre. «Nos demandes sont directement liées aux besoins de la population. Ce n'est pas un caprice, c'est un changement nécessaire, obligatoire dans les circonstances présentes.» L'idée est très simple: donner aux pharmaciens la possibilité de tirer le maximum de leurs compétences en leur permettant de prolonger, d'ajuster ou même d'amorcer des ordonnances pour des problèmes de santé simples. «Nous pensons pouvoir ainsi éviter des visites à l'urgence, libérer des heures de consultation en première ligne et diminuer l'absentéisme», explique Mme Lamarre.

Une étude ontarienne a permis de mesurer l'importance des gains qui pourraient ainsi être réalisés. En introduisant cinq nouvelles fonctions — dont la gestion de problèmes de santé mineurs, comme l'infection urinaire et le suivi de certaines maladies chroniques comme l'asthme —, l'État pourrait économiser 72 millions de dollars. Et du même coup, réduire de 1,2 million les rendez-vous chez le médecin, et ce, seulement la première année.

Un tour de force

Autres professionnels, autres gains. Une étude rendue publique cette semaine a montré que l'introduction d'une infirmière praticienne a considérablement allégé les choses à la clinique de soins primaires de Waneta, en Colombie-Britannique. Le Dr Blair Stanley, attaché à cette clinique, y note que les patients se rendent moins souvent à l'urgence, sont moins souvent admis à l'hôpital et bénéficient d'un meilleur accès aux services de santé, souvent le jour même ou le lendemain. Mieux, la clinique a pu accueillir 600 nouveaux patients, un tour de force en ces temps de pénurie où la majorité des cliniques affichent complet depuis des années.

Une autre étude publiée le même jour illustre comment les allers-retours incessants des ambulances entre l'hôpital Credit Valley et le centre de longue durée de Mississauga Halton, en Ontario, ont chuté radicalement le jour où des infirmières praticiennes ont fait leur apparition dans l'établissement. Grâce à leurs bons soins, l'établissement calcule que 88 % des patients nécessitant des soins immédiats ont pu éviter un transfert aux urgences et, du coup, un séjour impersonnel à l'hôpital, par ailleurs autrement plus coûteux pour l'État.

Chez nous, l'introduction timide, voire quasi confidentielle, d'infirmières praticiennes spécialisées dans certaines unités de néonatalogie, de néphrologie et de cardiologie a permis aux médecins spécialistes de se décharger de tâches plus simples pour se consacrer aux cas plus lourds et voir plus de patients. Ces gains, encore marginaux, font rêver les médecins de famille, qui réclament en vain des infirmières praticiennes de première ligne pour les épauler dans leur cabinet.

La Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) en a d'ailleurs fait un point majeur de sa négociation avec Québec, à qui elle demande une infirmière pour chaque médecin en cabinet. «Une des façons de favoriser notre pratique est de nous donner du soutien», explique son président, le Dr Louis Godin. Et pas seulement du côté des alliées naturelles que sont les infirmières, mais aussi du côté de «tous ceux qui ont des expertises en santé», y compris le pharmacien, précise-t-il.

Le malheur, c'est que Québec n'a toujours pas pris le virage du partage des compétences malgré tous ses discours en ce sens. Il en aurait pourtant les moyens avec la loi 90, qui a permis de décloisonner les champs de pratique en santé. Mais voilà, les négociations entre les trois ordres concernés (médecins-infirmières-pharmaciens) piétinent. Quant aux infirmières praticiennes de première ligne qui, par centaines, font des miracles en Ontario ou en Colombie-Britannique, elles se font toujours attendre au Québec, faute de financement dans les universités, comme sur le terrain.

Pour le critique en matière de santé de l'opposition officielle, Bernard Drainville, la faute en incombe au ministre de la Santé, Yves Bolduc, qui n'a jamais joint le geste à la parole. «On ne peut pas se contenter de confiner les infirmières au rôle qu'elles occupent présentement. Il va falloir qu'on décide comme société de leur donner le rôle qu'elles méritent et qui va permettre de contribuer à soigner des gens dans leur communauté.»

Idem pour le pharmacien, dont le rôle doit impérativement faire l'objet d'un débat, croit le député péquiste de Marie-Victorin. «Si la question qui se pose est celle de l'accès à un professionnel de la santé, il est normal de penser d'abord au médecin, car c'est lui qui a reçu la formation la plus longue, la plus pointue, la plus complète. Mais certains soins plus simples peuvent être donnés par d'autres professionnels, en appui aux médecins. Il faut que les différents maillons de la chaîne se lient les uns aux autres.»

Et le patient ?

Sur les bancs de l'Université de Montréal, la vision collaborative est devenue une réalité pour les étudiants du prégradué de sa faculté de médecine. Ceux-ci partagent certaines activités d'apprentissage avec les étudiants des facultés de pharmacie, de sciences infirmières et d'art et science. «Ils apprécient beaucoup cela, affirme la Dre Boucher. Il nous reste à augmenter la quantité et le niveau de ces activités de formation là pour la résidence et le développement professionnel continu.»

Malgré tout, ces efforts risquent de tomber à plat si le réseau ne change pas, croit la présidente de l'Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ), Gyslaine Desrosiers. «C'est une évidence qu'il faut que toutes les compétences soient utilisées au mieux. Mais en ce moment, entre le principe et l'application, il y a un monde.»

C'est aussi l'avis du président-directeur général du Collège des médecins du Québec, le Dr Yves Lamontagne, qui ne cache pas son exaspération. «Je crois toujours au triumvirat médecin-infirmière-pharmacien, mais je pense qu'il n'y a pas de volonté politique à Québec pour y donner suite.» Le Dr Lamontagne n'aime pas non plus la tournure qu'ont prise les négociations.

Le Collège accuse les pharmaciens de manquer d'ouverture vis-à-vis des infirmières en réclamant l'exclusivité de certains actes qui sont pourtant naturellement plus près des réalités cliniques des infirmières. Sans vouloir commenter ces tiraillements, la présidente de l'OIIQ déplore elle aussi la tangente prise dans les discussions. «C'est dommage, car c'est le patient qui en paie le prix.»

D'autant qu'en définitive, le repartage des compétences le concerne lui aussi intimement puisqu'il en est la finalité. Le patient et sa famille sont en effet vus comme des partenaires actifs dans le plan de soins de la médecine collaborative défendue par les facultés canadiennes. Pour peu qu'on leur prête l'oreille...
Repost 0
Published by Yuk
commenter cet article
14 mars 2010 7 14 /03 /mars /2010 19:06
Repost 0
Published by Yuk
commenter cet article