Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

Liens

6 mai 2015 3 06 /05 /mai /2015 05:47

Obliger le VIH à s'exposer

Source: Radio-Canada.ca - Mise à jour le mardi 5 mai 2015 à 13 h 11 HAE

Représentation du VIH Photo : iStock

Imaginez un instant le virus de l'immunodéficience humaine (VIH) comme une boîte de conserve hermétique que personne ne réussit à ouvrir.

Le chercheur Andrés Finzi et ses collègues du Centre de recherche du Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CRCHUM) affirment avoir découvert un nouveau mécanisme, une sorte d'ouvre-boîte, pour forcer le virus à exposer ses parties vulnérables et ainsi permettre aux cellules du système immunitaire de tuer les cellules infectées.

En bref
Le VIH touche environ 35,3 millions de personnes dans le monde, mais la proportion de décès a fortement baissé. En 2012, il y a eu 1,6 million de morts liées au virus, contre 1,7 million en 2011 et un pic de 2,3 millions en 2005.

Les chercheurs ont découvert que les personnes infectées par le virus du VIH-1 possèdent naturellement des anticorps qui ont le potentiel de tuer les cellules infectées.

« Il suffit de leur donner un coup de main en ajoutant une toute petite molécule, qui agit comme un ouvre-boîte, pour forcer l'enveloppe du virus à exposer certaines régions reconnues par les anticorps, qui font le pont avec certaines cellules du système immunitaire pour enclencher l'attaque. » — Andrés Finzi

À lire aussi :
Guérison naturelle d'hommes infectés par le VIH

VIH/sida : un traitement préventif diminue de 86 % le risque d'infection

Déjouer le virus

Plus tôt cette année, la même équipe de chercheurs a démontré que le sérum de patients infectés par le VIH-1 facilite l'élimination des cellules infectées, dans la mesure où deux protéines particulières du virus, Nef et Vpu, étaient inactivées par mutation génétique.

Or, dans la réalité, le virus sauvage VIH-1 possède toujours ces protéines, qui agissent un peu comme ses gardes du corps.

Comment les déjouer? En ajoutant à la surface des cellules des patients infectés une toute petite molécule - appelée JP-III-48 - qui imite une protéine appelée CD4. Cette protéine, située à la surface des cellules lymphocytes T, permet l'infection des cellules du système immunitaire par le VIH.

« Le virus doit se débarrasser des protéines CD4 pour se protéger. L'ajout de la petite molécule force l'enveloppe du virus à s'ouvrir, un peu comme une fleur. Les anticorps présents naturellement suite à l'infection peuvent alors cibler les cellules infectées afin qu'elles soient tuées par le système immunitaire. » — Jonathan Richard, postdoctorant

La molécule JP-III-48 a été mise au point par des chercheurs de Harvard et de l'Université de Pennsylvanie, et c'est la première fois qu'elle est testée avec succès sur des cellules de personnes infectées par le VIH.

Trouver un vaccin

Les scientifiques tentent de mettre au point un vaccin capable de bloquer l'infection par le VIH, qui cause le syndrome d'immunodéficience acquise, depuis les années 80. Les médicaments antirétroviraux réussissent à freiner la propagation du virus, mais il demeure toujours à l'état dormant dans les cellules et revient dès que cessent les traitements.
C'est ce que les chercheurs appellent les « réservoirs » du VIH.

L'objectif est donc de réactiver le réservoir du VIH pour faire sortir le virus de sa cachette, puis tuer les cellules infectées à l'aide de cette molécule et des anticorps déjà présents.

La découverte montréalaise pourrait permettre de créer un vaccin à deux composantes pour prévenir l'infection au VIH grâce à :

  • des anticorps qui sont faciles à générer
  • l'utilisation de cette nouvelle famille de molécules

Cette percée ouvre la voie au développement de stratégies pour éliminer les réservoirs viraux chez les individus déjà infectés. Prochaine étape : tester le potentiel de cet « ouvre-boîte moléculaire » chez le singe.

Les détails de ces travaux sont publiés dans les Proceedings of the National Academy of Sciences.

Le saviez-vous?

  • 7000 Québécois ont contracté le VIH depuis 10 ans.
  • Plus de la moitié d'entre eux sont homosexuels.
  • 25 % des séropositifs québécois ignorent qu'ils sont atteints de la maladie.

Ailleurs sur le web Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes.

Partager cet article

Repost 0
Published by Radio-Canada